L'aube fleurie

L'aube fleurie

Tableau champêtre d'automne

 

Une feuille morte s'envole et virevolte

Au vent fier et têtu du bel et doux automne.

L'été ferme sa porte, abdique en quelque sorte,

Et détourne la vue du val qui s'abandonne.

 

Un subtil rayon d'or scintille et s'évapore.

Quatre pies qui jacassent, un corbeau qui croasse,

Raniment le décor pâlissant de la mort.

Les pins que nul ne chasse, au soleil se prélassent.

 

Cheval un peu cabot fait tinter ses sabots

Sur les pierres semées par le vent déchaîné,

Regarde le troupeau paissant au bord de l'eau,

Crinière au vent léger, s'en va au petit trot.

 

Papillon toujours vert, dansant dans la lumière

Cherche en vain une fleur dans les haies dépouillées.

Rose amour, rose mère, aimée des pépinières,

Résiste dans son cœur et fleurit des pensées.

 

Athlète bucolique entretient sa plastique

Et tonifie son cœur en courant dans les champs.

Ame mélancolique, éprise de musique,

Ecoute le bonheur des arbres et des étangs.

 

Vision claire et charmante, étonnante, envoûtante,

D'une morte saison qui résiste au sommeil.

Poussière scintillante, échappée de l'attente

Amoureuse d'un  nom qui ressemble à l'éveil.

 

 

Martine

 

 

 

 

 

 

 


18/10/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres