L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le bel été

 

 

Un zéphyr parfumé de rose et de lavande

Balaie les champs de blé qui ondulent et s’étendent.

Une douce langueur apaise toutes choses,

Sur les monts de douleur, les mers de sinistrose.

 

Une cigale chante au sommet d’un sapin,

Sa musique entêtante endort tous les chagrins,

Tandis que les lauriers superbement fleuris,

Se balancent, légers, par la brise étourdis.

 

Tout se vide de peine et s’emplit de bonheur,

Envoûtante rengaine, armistice du cœur,

Quand les voix fatiguées se perdent dans l’oubli.

Alors le bel été s’étire à l’infini.

 

Martine PV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/08/2014
1 10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres