L'aube fleurie

L'aube fleurie

Enfants soldats

 

 

 

 

 

Enfance, errance,

Otage de la haine,

Violence immense,

Qui étouffe la peine.

 

Sauvage image,

Fuyant comme un nuage,

Message, adage,

A l'enfant libre et sage.

 

Fragiles, agiles,

Aux paroles qui tuent,

Dociles, habiles,

Ces gosses de la rue.

 

Confiance bue,

Innocence tuée,

Conscience tue,

Insouciance brisée.

 

Francs, valeureux,

Au sortir du sommeil,

Grands, impétueux,

Et  cernés de vermeil.

 

Où va leur cœur

Quand ils s'envolent enfin ?

Où vont leurs heures

Quand ils regardent au loin ?

 

Que fait leur voix

Quand elle ne crie pas ?

Que font leurs doigts

Quand ils n'agressent pas ?

 

Quels lendemains

Voudraient-ils voir venir ?

Quels noirs desseins

Doivent-ils servir ?

 

Pour mériter

De voir poindre le jour

Sur des étés

De soie et de velours

 

Sur des prairies

De rosée scintillantes

Des fééries

De roses ou d'amarantes,

 

Dans le soleil,

Magique et rassurant,

Goûter le miel,

L'eau pure du torrent, 

 

Et dans l'oubli

Des souvenirs amers,

Verser des pluies

De pétales à la mer.

 

 

 

 

 Arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 



20/11/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres