L'aube fleurie

L'aube fleurie

Sous la porte cochère

 

 

 

Sous la porte cochère, dans le noir, il attend.

Sa vie est aux enchères, alors il a le temps.

La rue, il la connaît. Marcher, et puis après ?

Où devrait-il aller ? Que devrait-il chercher ?

 

Les portes de la vie se ferment à chaque pas.

Un jour on a envie, un autre c'est l'effroi,

Devant tous ces visages aux sillons implacables

Qui s'attachent à l'image et vous jugent coupables.

 

Une erreur de jeunesse, un défaut de bon sens,

Une indélicatesse aux couleurs de nuisance,

Vous voilà recelé au rang de malfaiteur

Et bientôt condamné au rayon arpenteur.

 

Le ciel est votre toit, la rue votre salon,

Si chance vous échoit, vous découvrez un pont.

S'il fait humide et froid, vous avez vos cartons.

On réussit parfois, à dormir pour de bon.

 

Le pire, ce n'est pas d'avoir peur, d'avoir froid,

De traîner ça et là, sans savoir où on va.

C'est de voir dans les yeux des passants bien pensants

Un reflet dédaigneux, un éclair méprisant.

 

Pourtant, quand un regard vous descend jusqu'au coeur

Qu'un sourire vous amarre à la rive douceur,

Quand une main se tend vers votre main glacée,

Que d'un mot on vous rend honneur et dignité,

 

Tout redevient possible et vivant et précieux

Et la porte invisible sous le toit des cieux

S'entrouvre doucement et peut donner des ailes

Au p'tit gars tout tremblant qui dort sur la margelle.

 

Arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



06/05/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres