L'aube fleurie

L'aube fleurie

La terre en sommeil

 

 

 

La terre en sommeil abrite le vivant.

Des cœurs au ralenti palpitent sous le manteau blanc.

Ainsi en va-t-il de l’espoir.

On le croit mort et il n’est qu’endormi,

Sous l’amas neigeux de la glaciale solitude.

Au printemps de l’amour, il s’éveille.

Il n’appartient qu’à lui de se lever et de sortir

Au milieu des fleurs en boutons.

 

 

Martine



01/12/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres