L'aube fleurie

L'aube fleurie

L'ami roitelet

 

 

Le bec d’un roitelet, à ma vitre a toqué,

Un jour de février, dans le froid de l’hiver.

J’ai d’abord crû rêver, puis me suis réveillée

De mon sommeil léger, et je l’ai découvert.

 

Ses petits yeux curieux furetaient ça et là,

A travers la lumière éclairant le salon.

Tel un enfant heureux, pour un rien, comme ça,

J’ai souri à l’hiver, à l’oiseau si mignon,

 

Oublié un instant ma fatigue et mon mal,

Ai chanté avec lui le refrain de la vie,

Savouré ce présent si charmant, peu banal,

Ce doux grain de folie, étonnant et joli.

 

Quand je me suis levée, l’oiseau s’est envolé.

Je l’ai suivi des yeux, dans le ciel hivernal,

Son vol était parfait, insouciant et léger,

C’était le vol heureux d’un oiseau amical.

 

Après lui,  ma journée fut un enchantement,

Elle n’aurait pas pu se passer autrement.

Un ange était venu picoter sous l’auvent,

Envoyé par les nues et porté par le vent.

 

 

M



12/02/2013
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres