L'aube fleurie

L'aube fleurie

C'était donc bien lui...

 

 

C’était donc bien lui,

Errant au désert solitude,

Entre les dunes de ses pensées…

 

C’est là qu’elle l’a rencontré,

Une aube automnale au parfum de printemps.

C’est bien lui qu’elle a croisé,

Cerf-volant dans le ciel,

Dont elle a tenu la ficelle,

Une saison de belle osmose,

Et qui s’en va maintenant,

Rejoindre les nuages,

Dans les bras du vent.

 

C’était bien lui,

Poète de l’élégance et du charme,

Des rêves caressés,

Des amours contrariées,

Voguant sur les vagues de l’espérance,

Pour les beaux yeux

D’une douce et mystérieuse muse,

Venue du fond des âges

Et si présente, pourtant…

 

C’était bien lui,

Ce prince des océans,

Amoureux d’un beau lac

Où au soleil couchant,

Se marient la lune et le vent,

C’est bien lui qui marchait en rêvant,

Sur ses rives bleutées,

Un sourire accroché

À l’espoir d’un amour,

Allumé un beau jour

Sur la crête des vagues.

 

Tout au fond de son cœur,

Elle l’a toujours su,

Mais lui préférait aimer au temps passé,

Au parfum des regrets.

Alors elle s’est tue,

A préféré laisser le vent

Remettre le temps à la bonne page.

Et puis elle l’a attendu,

Et puis l’attend encore,

Et l’attendra toujours,

Comme on attend l’aurore.

Elle a attendu qu’il veuille bien cueillir

Au jardin du souvenir

Les roses au doux parfum

De l’amour éternel,

Celui qui n’a pas d’âge,

Pas de nom ni de patrie,

Dont la note de tête enivre

Et fait tanguer comme un bateau ivre,

Et une note de fond qui subsiste

Malgré le vent, le froid

Dans le ciel un instant balayé d’effroi,

À l’ombre d’un oubli,

Dans ce sens interdit

Qu’elle ne prendra plus,

Qu’elle ne prendra pas,

Puisque sa vraie route est là-bas,

Puisque le parfum la suit,

Nuage d’amour

De l’aube jusqu’à la fin du jour.

 

 

C’était donc bien lui,

C’était donc bien elle,

Ils s’étaient connus,

S’étaient reconnus,

Et ils s’étaient aimés,

Mais s’étaient égarés

Dans leurs mondes séparés.

  

 

S’il savait…

Que son cœur à elle battait toujours aussi fort,

Que tout cela n’était rien,

Ce malentendu,

Ces heures perdues,

Ces silences,

Plein de désespérance.

C’était à ses silences

Qu’elle l’avait définitivement reconnu.

Mais tout cela n’était rien,

Une peccadille,

Un grain de poussière,

Juste un manque de lumière,

Un court instant.

Ce n’était vraiment rien

À côté de leur amour,

Si pur, si tendre, si doux, si lumineux,

Eternel…

 

 

Jamais personne encore

Ne lui avait prouvé son amour

Aussi merveilleusement et aussi fort.

C’est tout ce qu’elle voyait, de son côté,

Tout ce qu’elle retenait :

Ce précieux trésor,

Cette magie,

Cette merveilleuse osmose…

Il était son eau,

Elle était sa sève,

Tout le reste n’était rien.

 

Et elle attendait,

Impatiemment,

Que de nouveau il prenne sa main dans la sienne

Et se penchant amoureusement vers elle,

lui chuchote tendrement à l’oreille :

« Ma douce muse… »

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13/09/2018
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres